top of page
Katy Huckson: Pro Gallery

KATY HUCKSON

a where feeling that moves
January 5 - 30 janvier

Katy_Poster.png

Katie Huckson is an interdisciplinary artist and arts educator living and working in Baawaating. She has exhibited, screened, and performed artworks across Canada, the US, and internationally in places like Colorado, Italy, Greece, and Vietnam. She is currently showing work with Flagpole Gallery in St. Petersburg, FL, and has an upcoming solo exhibition in 2023 in Seoul, South Korea. Huckson teaches Visual Art and Art History at Algoma University and is a PhD candidate in Communication, New Media, and Cultural Studies at McMaster University.


Katie Huckson est une artiste interdisciplinaire et une éducatrice artistique qui vit et travaille à Baawaating. Elle a exposé, projeté et exécuté des œuvres d'art à travers le Canada, les États-Unis et à l'étranger dans des endroits comme le Colorado, l'Italie, la Grèce et le Vietnam. Elle expose actuellement son travail à la Flagpole Gallery de St. Petersburg, en Floride, et a une prochaine exposition personnelle en 2023 à Séoul, en Corée du Sud. Huckson enseigne les arts visuels et l'histoire de l'art à l'Université Algoma et est candidate au doctorat en communication, nouveaux médias et études culturelles à l'Université McMaster.

Écoutez l'entrevue sur l'exposition à l'émission Jonction 11-17 avec Émilie Daveluy:

https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/jonction-11-17/episodes/679384/rattrapage-du-lundi-9-janvier-2023

Katy Huckson: Projets

Katy Huckson, a where feeling that moves

by Isabelle Michaud, @galerie_sans_cous, December 30th 2022

(le français suit)

  


It is one thing to emerge as a visual contemporary artist in an urban setting like Toronto or Montréal and quite another to do that in a small industrial town like Sault Ste. Marie, Ontario. Travel times are longer, the opportunities few, and the cross-pollination very limited. At the same time that this statement rings true to Northern Ontario artists, so is the immediate opposite. Being at the edge of many worlds, having fewer opportunities, and having access to a limited range of cross-pollination create conditions that are fertile to produce cutting-edge contemporary visual artists with their own individual styles anchored in their living realities. (1) 

This is the case with Katy Huckson’s deeply engaging journey. From graduating at Algoma University with a BFA in 2013, to teaching art courses at the Art Gallery of Algoma, to becoming a journalist, graduating with an MFA from the University of Windsor, and now working on a PhD, Katy has maintained a close relationship to her Northern Ontario roots and pushed the boundaries or her art creation as well. This relationship with Algoma has driven, directed, and fed her work, imbuing it with a carefully curated lineage, a clear line, drawn from personal archives, and specific emotional moments. The various digital and physical processes that Huckson has put to her work through, like removing some of the details, reframing, the in-laying of natural objects, has rendered the work non-specific, giving it an atemporal and differed quality.  


Taking a cursory inventory of Katy Huckson’s past exhibitions, a few patterns and similarities can be recognized, mainly a sense of non-specificity, a manipulation of Media images (film, magazines, personal archives), and a connection to the land where she grew up.


With her two part installation intitled Impossible/Necessary (2018) Katie Huckson worked with questions surrounding nature.  In the first part of that installation, the work was displayed inside 180 Projects white gallery space. There were small frames – the type that would normally hold family pictures– lined up neatly on a shelf. The frames contained photographs taken from ecological-type magazines and books. Accompanying the frames, were printed non-descript images of nature on vinyl fabric that hung conically resembling flags in an institutional office. Tying the work together was a short film projected in the room, showing scenes of driving around Lake Superior.  The installation  led to a questioning surrounding nature and place, i.e. do we really know a natural place without human involvement?  Is there such a thing as “nature”?  The installation’s second part was then exhibited outside in the woods in Kerns Township, curated by Alexander Rondeau. (2)  In Upstream Flow in a Downstream Current, “localities” are being de-centered and disoriented, in both indoors and outdoors iterations; providing a feeling of reassertion of the agency of nature over its materiality or its own naming.


In Taken / Replaced, Huckson worked somewhat similarly as in Impossible / Necessary and developed a series of compositions depicting large decorative golden frames containing magazine images of landscapes. Huckson physically placed these framed objects in the forest and photographed them in this new setting.


"The work reflects on colonial impositions on the land and landscape and how I am implicated as a person of mixed European settler, Métis, and immigrant ancestry. Born in Bawating and still living here on the shores of two Great Lakes, my ongoing project confronts my complicated relationship to this land." (3)


Huckson’s words are important to consider when interacting with the land. The performative aspect of liberating the images into different landscapes, giving them back to the land, is an act of love and of reclaiming, both for herself and for the landscapes.


"As I select images I consider how my process mimics resource extraction. I think about the act of taking (a photo, land, living things, food, water) with and without permission. I think about what’s possible to give back, or if returning something taken is more of a gesture. I began bringing the framed images in my backpack on hikes around various landscapes near my home and re-photographed them. As I did, I thought about whether claiming, framing, and re-presenting these images is a furthering of colonial theft and violence. Or, can I liberate the landscapes in this gesture of removing them from the context of the books, bringing them back into the land?" (4)



Huckson’s research and perspective on working with landscape and the land, was further expanded in Working Together, Apart which included a collaboration. During the years of the Covid-19 pandemic, Huckson worked with Alicia Hunt to produce a digital body of work that took into consideration the different localities of Algoma (Baawaating) and the Halifax (Kjipuktuk) surroundings. Huckson and Hunt created three phases of their work together. Particularly in Phase Three of their collaborative process, Huckson produced a 3 minute video showing their respective files together, one beside the other, engaged in a sort of conversational collage.


"Our shared ideas about performance art and site-specificity are grounded in inter-activity and responding to other people or cues from the land and living beings. In our individual performance art practices, we both tend towards ritualistic gestures that involve the public and/or landscape and which hinge on the indeterminacy of exchange with people and places." (5)


In Working together, Apart video images of Lake Superior waves are shown in one box, on the left, echoing waves of the Atlantic ocean, on the right. The overlay of fields and plants morphing into one another are distantly reminiscent of a National Park documentary. Paths and fissures are paired throughout providing the viewer with dynamic visual movements. In this work, we are seeing and feeling moments that are encased (via frames, boxes, imposed systems of control ) and orchestrated in sequences lasting a few minutes. It is a short film that seems to envelop and bring the viewer along on a “floating walk.” The moments created in viewing the work, when trying to understand them, do feel somewhat distant while providing some clues at the same time, as to what our own existence means in relation to the visual narrative thus created.


After finishing this collaborative work during Covid-19 and returning from a few trips to Italy and New York, Katy Huckson instinctively adopted a different approach and new focus in a where feeling that moves. In this work, Huckson changed pace and returned to working directly with personal archival materials, an approach Katy has often returned to during the past decade: personal medical files were used in Clinically, she looks well and in Lost Boys, she used personal footage of friends playing outside in a local pond. (6) In this body of work, the approach feels a bit different in the number of film materials used and in the level of inquiry into what Katy calls “body movements.”  At first glance, family history appears to be the main focus of a where feeling that moves. It is rather the itemization, the cataloging, the dissecting, and the reorganization of short sequences showing family members making various body movements that is central to the work.  


Indeed, Katy pushed her editing process further up the scale of complexity by sifting through hours of digital files of family archival films. By carefully and methodically cutting and editing video segments of body movements only a few seconds long up to 10-20 seconds long each, she curated a list of scenes of body movements, such as licking lips, waving, eating, skating, together. This was done with the purpose of finding similarities and differences between them. 


"This was a way of organizing my media but also had me paying attention to the gestures of people in the videos, some of whom I know and others who I have never seen or met. An undercurrent of this body of work is the idea that these different people, situations, landscapes, critters, ultimately are part of my historical and social web. In some ways they all, more or less, had a role in who I am now and how I make sense of things." (7)



While working on these body movements, Katy thought of the impossibility of truly reliving moments in the past.  “ We can grasp bits of it but not all of it,” she says. The idea of the impossibility of grasping moments that have passed is a natural by-product of a where feeling that moves.  This is the “where” feeling that Katy produces in concurrently creating a moment where the viewer exists alongside these body movements while the viewer is also paradoxically outside of them.  Katy reflects on Henri Bergson, a French Philosopher who wrote about the perception of change, in explaining this phenomenon.


"Bergson talked about the subjectivity of time - of lived time and how it was or felt different than objective time. He also talked about the futility of measuring time since when we try to capture a moment it has already passed. These ideas, I think for obvious reasons, come to mind when looking at old family videos of lived moments, sort of captured, but that still have so much distance from where we are now." (8)



What is created in a where feeling that moves is a fully realized re-creation of out-of-phase moments in an installation which provides the viewer with two projections and an interactive overhead projector with various acetates that can be manipulated. This amazing installation creates a collaged conversation which illustrates Katy Huckson’s generosity and brilliant approaches, perspectives, and methods. A body of work that will continue to involve, engage and teach generations of artists in this region, for years to come. 


Katy Huckson’s a where feeling that moves is an installation that will be shown at Galerie Sans Clous, January 5-30th 2023.

(1)

Katie Huckson, Beyond the group of Seven,  April 2019.

https://www.northernontario.travel/sault-ste-marie/sault-ste-marie-and-algoma-s-arts-and-culture-community-beyond-the-group-of-seven

(2)Katie Huckson, "Upstream Flow in a Downstream Current", Kerns Township, 2018. https://katiehuckson.com/section/475325-installation-Upstream-Flow-in-a-Downstream-Current.html

(3)Katy Huckson, Application Project Statement, Taken / Replaced, Archives of the Artist, 2022.

(4) Ibid

(5)Huckson, Katie and Alicia Hunt, Walking Together Apart, Off Centre : 2022.  https://weareoffcentre.com/Walking-Together-Apart

(6)www.katiehuckson.com

(7)Katie Huckson, “New Work Notes”, December 2022.

(8)Ibid

Katy Huckson: Texte

a where feeling that moves, Katy Huckson

par Isabelle Michaud, le 30 décembre 2022.

C'est une chose d'émerger en tant qu'artiste visuelle contemporaine dans un milieu urbain comme Toronto ou Montréal et c'en est une autre de le faire dans une petite ville industrielle comme Sault Ste. Marie, Ontario. Les temps de trajet sont plus longs, les opportunités rares et l'inter-pollinisation très limitée. En même temps que cette affirmation sonne juste pour les artistes du Nord de l'Ontario, tout le contraire est aussi vrai. Être à la lisière de nombreux mondes, avoir moins d'opportunités et avoir accès à une gamme limitée d'inter-pollinisation artistique créent des conditions propices à la production d'artistes visuel.les contemporain.e.s de pointe avec leurs propres styles ancrés dans leurs réalités de vie. (1)

C'est le cas du voyage profondément engageant de Katy Huckson. De l'obtention d'un baccalauréat en beaux-arts à l'Université Algoma en 2013, à l'enseignement de cours d'art à la Galerie d'art d'Algoma, à devenir journaliste, diplômée d'une maîtrise en beaux-arts de l'Université de Windsor et travaillant maintenant sur un doctorat, Katy a maintenu une relation étroite avec ses racines du nord de l'Ontario et a également poussé les limites de sa création artistique. Cette relation avec Algoma a conduit, dirigé et nourri son travail, l'imprégnant d'une lignée soigneusement organisée, d'une ligne claire, tirée d'archives personnelles et de moments émotionnels spécifiques. Les divers processus numériques et physiques que Huckson a mis à son travail, comme la suppression de certains détails, le recadrage, l'incrustation d'objets naturels, ont rendu l'œuvre non spécifique, lui donnant une qualité intemporelle et différée.

En faisant un inventaire rapide des expositions passées de Katy Huckson, quelques modèles et similitudes peuvent être reconnus, principalement un sentiment de non-spécificité, une manipulation d'images médiatiques (films, magazines, archives personnelles) et un lien avec la terre où elle a grandi. (1)

Avec son installation en deux parties intitulée Impossible/Necessary (2018), Katie Huckson a travaillé avec des questions entourant la nature. Dans la première partie de cette installation, l'œuvre a été exposée dans l'espace de la galerie blanche de 180 Projects. Il y avait de petits cadres – le type qui contiendrait normalement des photos de famille – soigneusement alignés sur une étagère. Les cadres contenaient des photographies tirées de magazines et de livres de type écologique. Accompagnant les cadres, étaient imprimées des images non-descriptives de la nature sur du tissu en vinyle qui ressemblaient de manière conique à des drapeaux dans un bureau institutionnel. Un court métrage a été projeté dans la salle pour lier le travail, montrant des scènes de conduite autour du lac Supérieur. L'installation a mené à un questionnement autour de la nature et du lieu, c'est-à-dire connaît-on vraiment un lieu naturel sans implication humaine ? Existe-t-il une « nature » ? La deuxième partie de l'installation a ensuite été exposée à l'extérieur dans les bois du canton de Kerns, organisée par Alexander Rondeau. (2) Dans Flux amont dans un courant aval, les « localités » sont décentrées et désorientées, dans des itérations intérieures et extérieures ; procurant un sentiment de réaffirmation de l'agentivité de la nature sur sa matérialité ou sa propre dénomination.

Dans Taken / Replaced, Huckson a travaillé un peu de la même manière que dans Impossible / Necessary et a développé une série de compositions représentant de grands cadres dorés décoratifs contenant des images de magazines de paysages. Huckson a physiquement placé ces objets encadrés dans la forêt et les a photographiés dans ce nouveau décor.

Le travail reflète les impositions coloniales sur la terre et le paysage et comment je suis impliqué en tant que personne d'ascendance mixte d'origine européenne, Métis et immigrante. Née à Bawating et vivant toujours ici sur les rives de deux Grands Lacs, mon projet en cours confronte ma relation compliquée à cette terre. (3)

Les mots de Huckson sont importants à prendre en compte lors de l'interaction avec la terre. L'aspect performatif de libérer les images dans différents paysages, de les rendre à la terre, est un acte d'amour et de récupération, à la fois pour elle-même et pour les paysages.

"Lorsque je sélectionne des images, je considère comment mon processus imite l'extraction des ressources. Je pense à l'acte de prendre (une photo, un terrain, des êtres vivants, de la nourriture, de l'eau) avec et sans permission. Je pense à ce qu'il est possible de rendre, ou si rendre quelque chose que l'on a pris est plus un geste. J'ai commencé à apporter les images encadrées dans mon sac à dos lors de randonnées autour de divers paysages près de chez moi et je les ai rephotographiées. Ce faisant, j'ai réfléchi à la question de savoir si revendiquer, encadrer et re-présenter ces images n'était qu'une incitation au vol et à la violence coloniale. Ou, puis-je libérer les paysages dans ce geste de les sortir du contexte des livres, de les ramener dans la terre ?" (4)

La recherche et la perspective de Huckson sur le travail avec le paysage et la terre ont été développées dans Working Together, Apart, qui comprenait une collaboration. Pendant les années de la pandémie de Covid-19, Huckson a travaillé avec Alicia Hunt pour produire une œuvre numérique qui a pris en considération les différentes localités d'Algoma (Baawaating) et les environs de Halifax (Kjipuktuk). Huckson et Hunt ont créé trois phases de leur travail ensemble. Particulièrement dans la phase trois de leur processus collaboratif, Huckson a produit une vidéo de 3 minutes montrant leurs fichiers respectifs ensemble, l'un à côté de l'autre, engagés dans une sorte de collage conversationnel.

"Nos idées communes sur l'art de la performance et la spécificité du site sont fondées sur l'interactivité et répondent aux autres personnes ou aux signaux de la terre et des êtres vivants. Dans nos pratiques individuelles d'art de la performance, nous tendons tous les deux vers des gestes rituels qui impliquent le public et/ou le paysage et qui reposent sur l'indétermination de l'échange avec les personnes et les lieux." (5)

Dans Working Together, Apart, des images vidéo des vagues du lac Supérieur sont présentées dans une boîte, à gauche, faisant écho aux vagues de l'océan Atlantique, à droite. La superposition de champs et de plantes qui se transforment les uns dans les autres rappelle de loin un documentaire sur un parc national. Les chemins et les fissures sont appariés tout au long, offrant au spectateur des mouvements visuels dynamiques. Dans cette œuvre, on voit et on ressent des moments emboîtés (via des cadres, des boîtes, des systèmes de contrôle imposés) et orchestrés en séquences de quelques minutes. C'est un court métrage qui semble envelopper et entraîner le spectateur dans une "promenade flottante". Les moments créés en regardant l'œuvre, en essayant de les comprendre, semblent quelque peu lointains tout en fournissant des indices sur ce que signifie notre propre existence par rapport au récit visuel ainsi créé.

Après avoir terminé ce travail collaboratif pendant le Covid-19 et au retour de quelques voyages en Italie et à New York, Katy Huckson a instinctivement adopté une approche différente et une nouvelle orientation avec a where feeling that moves. Dans ce travail, Huckson a changé de rythme et a recommencé à travailler directement avec des documents d'archives personnels, une approche à laquelle Katy est souvent revenue au cours de la dernière décennie : des dossiers médicaux personnels ont été utilisés dans Clinically, she looks well et dans Lost Boys, elle a utilisé des images personnelles de amis jouant dehors dans un étang local. (6)  Dans ce nouveau travail, l'approche semble un peu différente, spécialement dans le nombre de matériaux filmiques utilisés et dans le niveau d'enquête sur ce que Katy appelle les « mouvements corporels ». À première vue, l'histoire familiale semble être le principal centre d'intérêt de a where feeling that moves. Mais c'est plutôt l'inventaire, le catalogage, la dissection et la réorganisation de courtes séquences montrant des membres de la famille effectuant divers mouvements corporels qui est vraiment au cœur de l'œuvre.

En effet, Katy a poussé son processus de montage plus loin dans l'échelle de la complexité en passant au crible des heures de fichiers numériques de films d'archives familiaux. En coupant et en éditant soigneusement et méthodiquement des segments vidéo de mouvements corporels de seulement quelques secondes jusqu'à 10-20 secondes chacun, elle a organisé une liste de scènes de mouvements corporels, tels que se lécher les lèvres, agiter, manger, patiner, ensemble. Cela a été fait dans le but de trouver des similitudes et des différences entre eux.


"C'était une façon d'organiser mes médias mais aussi de prêter attention aux gestes des personnes dans les vidéos, dont certaines que je connais et d'autres que je n'ai jamais vues ou rencontrées. Un courant sous-jacent de ce travail est l'idée que ces différentes personnes, situations, paysages, créatures, font finalement partie de mon réseau historique et social. À certains égards, ils ont tous, plus ou moins, joué un rôle dans qui je suis maintenant et dans la façon dont je donne un sens aux choses." (7)


En travaillant sur ces mouvements corporels, Katy a pensé à l'impossibilité de vraiment revivre des moments du passé. « Nous pouvons en saisir des morceaux, mais pas l'entièreté », dit-elle. L'idée de l'impossibilité de saisir les instants qui se sont écoulés est un sous-produit naturel d'un sentiment qui bouge. C'est le sentiment « où » que produit Katy en créant simultanément un moment où le spectateur existe à côté de ces mouvements corporels alors que le spectateur est aussi paradoxalement en dehors d'eux. Katy réfléchit sur Henri Bergson, un philosophe français qui a écrit sur la perception du changement, pour expliquer ce phénomène.

"Bergson a parlé de la subjectivité du temps - du temps vécu et de la façon dont il était ou se sentait différent du temps objectif. Il a également parlé de la futilité de mesurer le temps puisque lorsque nous essayons de capturer un moment, il est déjà passé. Ces idées, je pense que pour des raisons évidentes, viennent à l'esprit lorsque l'on regarde de vieilles vidéos familiales de moments vécus, en quelque sorte capturés, mais qui ont encore tellement de distance par rapport à l'endroit où nous sommes maintenant." (8)


Ce qui est créé dans a where feeling that moves est une recréation pleinement réalisée de moments déphasés dans une installation qui offre au spectateur deux projections et un rétroprojecteur interactif avec divers acétates qui peuvent être manipulés. Cette installation étonnante crée une conversation collée qui illustre la générosité et les approches, perspectives et méthodes brillantes de Katy Huckson. Un corpus d'œuvres qui continuera d'impliquer, d'engager et d'enseigner des générations d'artistes de cette région, pour les années à venir.

Katy Huckson’s a where feeling that moves est une installation qui sera présentée à la Galerie Sans Clous, du 5 au 30 janvier.

(1)

Katie Huckson, Beyond the group of Seven,  April 2019.

https://www.northernontario.travel/sault-ste-marie/sault-ste-marie-and-algoma-s-arts-and-culture-community-beyond-the-group-of-seven

(2)Katie Huckson, "Upstream Flow in a Downstream Current", Kerns Township, 2018. https://katiehuckson.com/section/475325-installation-Upstream-Flow-in-a-Downstream-Current.html

(3)Katy Huckson, Application Project Statement, Taken / Replaced, Archives of the Artist, 2022.

(4) Ibid

(5)Huckson, Katie and Alicia Hunt, Walking Together Apart, Off Centre : 2022.  https://weareoffcentre.com/Walking-Together-Apart

(6)www.katiehuckson.com

(7)Katie Huckson, “New Work Notes”, December 2022.

(8)Ibid

Katy Huckson: Texte
bottom of page